La démarche du rucher neuvillois

Einstein aurait dit : "Si l'abeille disparait, l'humanité n'aurait plus que quatre ans à vivre".

Cet animal, encore bien présent il y a une trentaine d'années, voit aujourd'hui ses populations s'effondrer et risque la disparition. L’abeille sauvage est presque éteinte et l'abeille domestique suit le mouvement. Dans l'Arrageois, les abeilles et autres pollinisateurs ne sont pas épargnés par l'Homme. Dans les grandes plaines issues du remembrement agricole, nous lui avons apporté pesticides, destruction de son habitat et de sa flore nourricière. Les abeilles et autres insectes pollinisateurs représentent par leur action la reproduction de plus de 80 % des espèces végétales. Depuis quelques années déjà elles souffrent de tous ces dérèglements.

Abmen1

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/

Depuis le 30 septembre 2016 et pour la première fois, les abeilles ont été inscrites sur la liste des espèces en voie de disparition dans le monde. Cette inscription montre l’extinction progressive de l’abeille qui est une espèce à très forts enjeux pour notre société aujourd’hui. Forts de ce constat, nous souhaitons participer à la préservation de l’abeille dans l’Arrageois.

Nous entendons très souvent que les abeilles ont un intérêt économique considérable : pensons aux produits de la ruche, mais aussi et surtout à la pollinisation des cultures. Il ne faut pas oublier également que les abeilles participent à la pollinisation des plantes sauvages, ce qui représente une contribution inestimable car sans le maintien des plantes sauvages, bon nombre d’animaux seraient voués à l’extinction. L’abeille est une espèce clé et tous les scientifiques s’accordent aujourd’hui pour dire que sa disparition entraînerait de graves problèmes pour la nature (et donc pour l’espèce humaine qui en fait intégralement partie !). Pour le rucher Neuvillois, la préservation de l’abeille ne passe pas par la simple mise en place de quelques ruches sur un terrain. Au contraire, pour nous, c’est une démarche qui doit être réfléchie en prenant en compte les spécificités du territoire et la qualité paysagère.

Le rucher pour Pérenniser l’abeille noire

Image mini

L’abeille noire (Apis mellifera mellifera) est la sous-espèce ouest-européenne de l’abeille mellifère. C’est l’abeille indigène dans l’Arrageois. L’abeille noire est une abeille très rustique convenant bien au type d’apiculture que nous pratiquons au rucher puisque sédentaire et conduit de manière plutôt extensive. Aujourd’hui, l’élevage de l’abeille carniolienne et caucasienne (autres sous-espèces de l’abeille mellifère) ou encore de l’abeille Buckfast (race hybride) est de plus en plus pratiqué, au point que l’abeille noire est très introgressée (croisée) sur la plus grande partie du territoire Arrageois. La concurrence des autres races n’a jamais été aussi forte. L’utilisation continue de ces races finira par faire disparaître à tout jamais l’abeille noire, un patrimoine génétique irremplaçable. La forme trapue et la couleur foncée de l’abeille noire lui permettent de voler à basse température. Dotée d’une grande puissance de vol même par temps de pluie, cela lui permet de butiner et poloniser un large territoire autour de sa ruche. Mais dans un environnement en perpétuelle évolution, le maintien de la diversité d’une espèce est indispensable à sa survie. A ce titre, toutes les races (sous-espèces) d’abeilles doivent être préservées, sans exception, y compris l’abeille noire pour ses qualités zootechniques et adaptatives, ainsi que pour ses caractéristiques évolutives originales. Nous essayons donc de participer à la préservation de la biodiversité de notre territoire.

Le rucher comme levier dans l’aménagement durable du territoire
La préservation de la biodiversité et notamment des abeilles en plaine agricole nécessite la sauvegarde et la restauration des éléments paysagers fixes (bois, haies, jachères) du territoire. L’abeille domestique, pour retourner à la ruche après avoir butiné, s’oriente grâce aux éléments paysagers fixes. Sans ces bois, ces haies ou encore ces jachères, les abeilles sont plus sujettes à la désorientation et ont plus de mal à regagner la ruche. C’est pourquoi, le rucher neuvillois est situé au sein d’une pâture permanente, le long d’un réseau de haies. Cette implantation réfléchie permet de diminuer le phénomène de désorientation des abeilles. Ce n’est pas le seul rôle de ses éléments paysagers car la haie, par exemple, est plurifonctionnelle : elle permet de protéger le rucher des intempéries, des vents dominants mais également d’apporter une source de nourriture non négligeable. Les arbustes qui les composent sont tous locaux, et fleurissent à diverses périodes de l’année, procurant un apport de nourriture régulier permettant le bon développement de la colonie.

15045248 10202490969992322 1487590571 o

La haie joue également bien d’autres rôles comme celui de limiter le lessivage des champs et de freiner l’écoulement des eaux. Ses rôles ont été appréciés dans certains lieux de Neuville-Saint-Vaast lors des intempéries du printemps 2016.
Aux abords du rucher, nous travaillons activement à restaurer et à créer des haies. Nous effectuons avant un diagnostic de l’état et des espèces présentes avant d’entamer la plantation, ce qui nous permet d’avoir des haies diversifiées et interconnectées comme peut le présenter la carte ci-contre qui concerne une partie de la pâture. Nous travaillons avec des espèces locales et indigènes sur la forme de la mixité et de la complémentarité entre arbustes tapissant, arbustes en rideaux et arbres en haut jet comme le montre le schéma ci-contre. La haie est composée de Noisetiers, Fusains, Charmes, Sureaux, Saules, Chênes…

13680646 296190124063435 4894345502425237141 n

Dans le cadre également du rucher et de la préservation de la biodiversité, nous avons creusé une mare qui s’est vite composée d’une flore spontanée typique de marais. Celle-ci permet un apport en eau pour les abeilles avec les herbiers aquatiques à la surface de l’eau qui évitent à l’abeille de se noyer. Elle accueille aujourd’hui une flore et une faune diversifiées avec beaucoup d’odonates qui viennent se reproduire et chassent dans les zones de jachère.
Le rucher neuvillois par ses actions offre une valorisation et une reconnaissance de l’intérêt de ces éléments paysagers fixes qui composent le territoire auprès des acteurs locaux qui façonnent chaque jour le paysage.

Le rucher pour sensibiliser sur la préservation de l’abeille et de l’environnement de manière générale
Nous avons donc choisi de pratiquer une apiculture extensive, modèle durable du point de vue environnemental. Cette pratique nous permet de gagner une autonomie dans notre démarche et d’adopter différents choix comme :
- Avoir une race rustique qui est l’abeille noire
- Posséder un rucher sédentaire avec des aménagements écologiques autours comme une mare, des haies bocagères…
- Gérer la végétation du rucher de manière différenciée au rythme des saisons
- Maîtriser la construction de nos propres ruches et ruchettes
- Prôner une production de miel adaptée à la vie de la colonie et aux aléas climatiques
- Favoriser un nourrissage limité voire inexistant avant l’hiver
- Utiliser un traitement du varroa alternatif aux traitements chimiques.
La vente modérée de produits de la ruche comme le miel nous permet de continuer l’investissement dans la démarche du rucher neuvillois avec l’achat de matériaux pour construire de nouvelles ruches, l’acquisition de cheptels et divers matériels qui ont des coûts non négligeables dans le secteur de l’apiculture.

Nous souhaitons aussi sensibiliser un maximum de personnes autour de l’importance des pollinisateurs et du paysage au sein de la Communauté Urbaine d’Arras. Cette sensibilisation commencera à partir de décembre, par la création d’une association intitulée « le rucher Neuvillois ».
Nous assurerons par la suite des animations pour des écoles, du grand public et des collectivités. Ces animations seront gratuites et offertes dans le cadre de la mise en place de ruchers sur des terrains communaux ou d’entreprises locales pour expliquer notre démarche et l’importance de la préservation des abeilles sur le territoire. D’autres animations, payantes à moindre frais, pourront être organisées à la demande. Toutes ces animations seront crées en collaboration conjointe avec le demandeur pour répondre aux attentes voulues et aux objectifs fixés par ce dernier.
Les thématiques d’animation seront variées et toutes en lien avec les abeilles :
- La vie de la ruche
- Les insectes sociaux
- Les pollinisateurs
- Le paysage
- Les haies
- Les fleurs
- Les produits phytosanitaires
- L’accueil chez soi des insectes
- ...
Notre présence sur les évènementiels locaux permettra aussi de nous faire connaître et de sensibiliser le grand public sur notre démarche.
Nous aurons aussi l’occasion d’organiser nos propres initiatives « grand public » par le biais de collectivités partenaires (communes, CUA, etc...) en organisant des actions ponctuelles (concours photo, de jardins fleuris, organisation de grainothèques, forums débats, etc...).

L’accueil sur notre rucher principal est aussi une priorité pour nous. Cet accueil passera par des demi-journées de « portes ouvertes » gratuites sur l’exploitation agricole de Neuville-Saint-Vaast où il sera possible de visiter le rucher, mais aussi les aménagements paysagers qui la composent, ainsi que l’exploitation en elle-même avec ses 100 vaches laitières. Ces demi-journées permettront de comprendre la démarche, mais surtout d’observer la conciliation et l’intégration d’un rucher sur une exploitation agricole, chose qui n’est pas forcément acquise du départ.
La mise à disposition de ruches à des collectivités ou sur des terrains privés sera possible. Après la signature d’une convention, les ruches resteront la propriété de l’association mais les récoltes, réalisées avec l’aide des propriétaires fonciers, seront uniquement destinées à ces derniers.
Des journées ou demi-journées de formation à l’apiculture pourront aussi être organisées, à la demande et dans le cas de la mise à disposition de ruches à des collectivités ou sur des terrains privés. Un appui permanent existera pour aider ces personnes dans la gestion de la ruche en toutes saisons.
Des documents pédagogiques seront créés pour communiquer sur les pollinisateurs, les abeilles et tout autre sujet qui touche la ruche. Ces documents pourront être édités et distribués à qui le désire moyennant le coût de conception, d’édition et d’impression.
Certaines des actions de sensibilisation présentées ci-dessus seront payantes, non pas pour en tirer un bénéfice dormant, mais pour investir dans du matériel pédagogique toujours plus innovant et répondant aux attentes fixées par les commanditaires ou le public.
L’achat de ruchettes d’observation (faces transparentes pour voir les abeilles à l’intérieur de la ruche), de vareuses pour enfants et adultes (combinaisons d’apiculteurs), la création de jeux sur la pollinisation, l’achat de matériel pour accueillir les insectes chez soi ou autre, pourraient rentrer dans les frais de matériel pédagogique dont il est question pour sensibiliser un maximum de personnes.

14805502 10202416360087121 1292368919 n 2

Vous pouvez retrouver toute notre démarche et des compléments d'informations en version pdf ci-dessous :

Livret rucher neuvillois final 29 novembre 2016Livret rucher neuvillois final 29 novembre 2016 (2.13 Mo)